Pour l’historien conférencier Runoko Rashidi : Pouchkine est autant africain que russe

Runoko Rashidi (né en 1954) est un historien conférencier publique, basé à Los Angeles. Ses travaux universitaires portent sur «les fondements noirs de la civilisations du monde ». De nombreux érudits contestent ses conclusions, basées sur des études anthropologiques et de l’ADN. Il a organisé des missions d’études en Inde, en Australie aborigène, aux îles Fidji en Asie du Sud, en Egypte et au Brésil.

[Le présent article a été remanié le 14-12-2012]

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Pouchkine, né en 1799, Runoko Rashidi, historien activiste noir américain, s’est rendu en Russie, estimant que Pouchkine était un écrivain africain, autant que russe.

« tout le monde sait, en Russie que Pouchkine avait une ascendance africaine, mais ils ne le considèrent pas comme un noir. Ils le considèrent comme un Russe avec une ascendance africaine.
Pour nous cela ne fait aucun doute :
si vous avez une seule goutte de sang africain, vous êtes noir».

Pour étayer sa thèse, Runoko Rashidi rappelle que la mère d’Alexandre Pouchkine, Nadiejda Ossipovna Hanibal, descendait d’une des familles de la noblesse de service instituée par l’empereur Pierre Ier, remontant à Abraham Pétrovitch Hanibal, esclave africain affranchi et ennobli par Pierre, dont il fut le filleul et l’ami fidèle ; Abraham Pétrovitch mena une carrière d’ingénieur militaire qu’il termina comme général.

________________________________________

Pouchkine était-il noir?

Pouchkine était-il noir?

TRADUCTION DE LA VIDEO (c’est Runoko Rashidi qui parle):

A la fin du mois de mai 1999, je suis me suis rendu en Russie, spécialement pour célébrer le bicentenaire de la naissance du poète afro-russe (sic), Alexandre Pouchkine.

Je me sens très proche de Pouchkine. Pouchkine, né de parents aisés à Moscou en 1799, est considéré comme le père de toutes choses russes. « Pouchkine fut le printemps russe, Pouchkine fut le matin russe, Pouchkine fut l’Adam russe. » [Anatoly V. Lunacharsky]. On lui a attribué « l’invention » de la langue russe parce qu’à l’époque, la plupart des auteurs russes écrivaient en français. Sachant cela, Pouchkine était considéré comme l’homme le plus doué et le plus dangereux de la Russie, et il a écrit d’une manière accessible à chacun.

Arrêtons nous un instant, sur les premiers vers de “je vous aimais”:

Je vous aimais … et mon amour peut-être
Au fond du coeur n’est pas encore éteint.
Mais je saurai n’en rien laisser paraître.
Je ne veux plus vous faire des chagrin.

Pouchkine y évoque une situation qui touche tout être humain. Il est tombé amoureux de cette femme mais la relation n’a pas fonctionné. Alors ils se sont séparés. Mais il précise que cela ne signifiait pas qu’il avait cessé de l’aimer, juste parce que cela n’avait pas marché.

Pouchkine avait un vocabulaire de 20 000 mots. Il est l’équivalent russe de Shakespeare, un homme qui lui même est tombé amoureux d’une femme noire Lucy Negro
[Dark Lady qui aurait inspiré les sonnets de Shakespeare].

Maintenant, Pouchkine n’était pas un phénomène isolé.
J’ai participé à des conférences à Moscou et Saint-Pétersbourg, sur l’image de l’Afrique en Russie à l’époque de Pouchkine, il y a environ 200 ans. Après avoir entendu d’autres intervenants à ce colloque, j’ai dit ce que je ne ferai pas. Vous donnez l’impression que Pouchkine était un phénomène isolé dans l’histoire de l’Europe et que l’histoire des Africains en Europe a commencé avec l’esclavage. J’ai dit que ce n’était pas le cas. J’ai donc fait une présentation générale de la présence africaine en Europe. A cette époque, il était populaire d’avoir de nombreux Africains dans les milieux aristocratiques de l’Europe. Ils les considéraient comme leurs « animaux de compagnie », leurs mascottes.

________________________________________

POEME DE POUCHKINE: JE VOUS AIMAIS

Я вас любил: любовь ещё, быть может │ Je vous aimais … et mon amour peut-être
В душе моей угасла не совсем; │ Au fond du coeur n’est pas encore éteint.
Но пусть она вас больше не тревожит; │ Mais je saurai n’en rien laisser paraître.
Я не хочу печалить вас ничем. │ Je ne veux plus vous faire des chagrin.
Я вас любил безмолвно, безнадежно, │ Je vous aimais d’un feu timide et tendre,
То робостью, то ревностью томим; │ Souvent jaloux, mais si sincèrement,
Я вас любил так искренно, так нежно, │ Je vous aimais sans jamais rien attendre…
Как дай вам Бог любимой быть другим. │ Ah ! puisse un autre vous aimer autant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :