Biennale de Moscou 2009 – « contre l’exclusion »

La 3ème Biennale de Moscou se déroulera du 24 au 28 septembre 2009.
Le site n’a pas encore été choisi.

Commissaire de cette exposition, Jean-Hubert Martin a dirigé plusieurs grands musées, dont le Centre Pompidou, le Museum Kunst Palast de Düsseldorf et le Kunsthalle de Berne et a organisé la Biennale de Venise Arttempo exposition en 2007. Il s’intéresse de longue date aux cultures exotiques. Il a dirigé le Musée National des Arts d’Afrique et d’Océanie, et la Biennale de Lyon en 2000, intitulée «partage d’exotisme».

«Contre l’exclusion», titre quelque peu inattendu pour une biennale.
Jean-Hubert Martin s’explique sur le nom de la Biennale de Moscou :

«Contre l’exclusion» doit exprimer son caractère ouvert et international.

Titre vraisemblablement cogité, en totale harmonie avec le programme de globalisation et d’assimilation des cultures.

Il s’agit d’un travail non standard et d’une orientation artistique, peu connue en Russie. Pas de thème pour cette biennale pour ne pas limiter le nombre de participants.

De fait, on y verra un grand nombre d’œuvres d’Afrique subsaharienne, d’Asie centrale, d’Océanie et de Nouvelle-Zélande. Martin a exprimé son désir de montrer, même en Russie, l’art aborigène d’Australie, qui, à son avis, est beaucoup plus actuel et politique qu’il n’y paraît.

A-t-on envisagé, en retour, d’organiser une biennale « contre l’exclusion », en Afrique subsaharienne, pour faire profiter ces peuples d’une orientation artistique, peu connue chez eux (à savoir la culture européenne)? Ce serait la moindre des choses.

Les organisateurs n’ont pas encore révélé les noms des artistes qui participeront à la Biennale de Moscou, mais on connaît déjà le nom de deux d’entre eux :

Jeff Koons

Ancien trader à Wall Street, Jeff Koons compte Bernard Madoff parmi ses admirateurs, et peut-être collectionneurs.

et Damien Hirst.

Le Figaro du 05-09-2008 nous rapporte que longtemps ce fils du prolétariat anglais, amateur de billard et de bière, ponctuait ses interviews de «shit» et de «fuck» en guise de virgules. Cet ancien bad boy est aujourd’hui l’un des artistes les plus chers du monde.
Que retiendra-t-on de sa réussite : art, « shit » ou business ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :