Handschar – la Waffen-SS en Bosnie

La tentation nazie de certains Musulmans a longtemps été occultée.

Les deux messages radiophoniques du Grand Mufti Amin al-Hussein, diffusés en 1942, fournissent quelques éléments de réponse sur cette alliance [lire en fin d’article].

Dans son documentaire intitulé «la croix gammée et le turban», Heinrich Billstein évoque la figure controversée de Amin al-Hussein, ancien Grand Mufti de Jérusalem, lequel collabora avec les Nazis tout en étant l’un des grands défenseurs de la cause panarabe. Heinrich Billstein s’inspire du livre de Martin Cüppers et Klaus-Michael Mallman publié en 2006 sous le titre « Halbmond und Hakenkreuz – Das Dritte Reich, die Araber und Palästin », ouvrage traduit tout récemment sous le titre « le croissant fertile et la croix gammée ».

Le documentaire apporte un éclairage sur les premières tensions au Proche Orient, entres Juifs et Arabes.
Le Grand Mufti en a tiré parti.

Dans le respect des droits d’auteur, nous nous sommes limités à quelques extraits relatifs à la 13 e division de montagne de la Waffen-SS Handschar (en bosnien, Handžar) , de sa fondation en 1943 en Bosnie avec pour mission d’anéantir la résistance des Partisans de Tito, jusqu’à sa défaite finale en 1945 à Berlin.

Une information plus détaillée (version originale et intégrale)
sur la tentation nazie du Grand Mufti, est accessible sur le site d’Arte.

Le mélange Nazisme – Islam peut supprendre à première vue.
Pourtant, de son côté, Hitler est sans ambiguité, lorsqu’en 1942 il déclare : »Si à Poitiers Charles Martel avait été battu, le monde aurait changé de face. Puisque le monde était déjà condamné à l’influence judaïque (et son sous-produit le christianisme est une chose si insipide !), il aurait mieux valu que l’islam triomphe. Cette religion récompense l’héroïsme, promet au guerrier les joies du septième ciel… Animé d’un esprit semblable, les Germains auraient conquis le monde. Ils en ont été empêchés par le christianisme » (Hätte bei Poitiers nicht Karl Martell gesiegt : Haben wir schon die jüdische Welt auf uns genommen – das Christentum ist so etwas Fades-, hätten wir viel eher noch den Mohammedanismus übernommen, diese Lehre der Belohnung des Heldentums: der Kämpfer allein hat den siebenten Himmel ! Die Germanen hätten die Welt damit erobert, nur durch das Christentum sind wir davon gehalten worden).

________________________________________

The Jewish Enemy (Nazi propaganda during world war II and the Holocaust) 2006 – Jeffrey Herf

Pour Hitler la « juiverie mondiale » était pour quelque chose dans la défaite de l’Allemagne dans la Première Guerre mondiale mais aussi dans la Révolution bolchevique, l’inflation de l’après-guerre en Allemagne et la crise économique de 1929.

Tout en invoquant la menace que faisaient planer les Juifs sur l’Allemagne nazie, Hitler se préparait à lancer la guerre pour le Lebensraum à l’est. Une telle action militaire offrirait à l’Allemagne des matières premières et des vivres qui la mettraient à l’abri d’un blocus anglo-américain et jetterait les bases de l’offensive suivante pour la domination du monde…

Les deux messages radiophoniques suivants ont été extraits de l’oeuvre traduite en français:
L’ennemi juif – Traduction française par Pierre-Emmanuel Dauzat – Calmann-Levy 2011

________________________________________

The Grand Mufti Amin Al-Husseini

The Grand Mufti Amin Al-Husseini

Le 11 novembre 1942, le grand mufti de Jérusalem, al-Hussein,
s’adressa « aux Arabes » sur le thème de la valeur du martyre.

Quand éclata la Seconde Guerre mondiale, les Arabes combattaient depuis vingt ans « les Anglais, et les Juifs qui se sont toujours cachés derrière eux ». Les peuples arabes avaient versé du « sang noble » pour la liberté et l’indépendance de la Palestine, de l’Égypte, de la Syrie, de l’Irak et de la péninsule arabe. « Le sang versé des martyrs est l’eau de la vie. Il a réveillé l’héroïsme arabe, comme l’eau réveille la terre sèche. La mort du martyr est l’arbre protecteur dans l’ombre duquel des plantes merveilleuses fleurissent à nouveau. »

L’objectif de la « politique anglo-juive »
était de diviser la Palestine et de dominer le reste des pays arabes.

« Nous les Arabes, [poursuivait al-Hussein] qui avons combattu les Anglais, nous devons clairement rejoindre les puissances de l’Axe et leurs alliés dans la lutte commune contre l’ennemi commun. Agir ainsi signifie pour nous poursuivre le combat que nous avons livré seuls depuis vingt ans. Aujourd’hui, les puissants ennemis de nos ennemis sont de notre côté. »

Mais si l’Angleterre et ses alliés, « qu’à Dieu ne plaise », devaient gagner la guerre, « Israël dominerait le monde entier, la patrie arabe essuierait un coup sacrilège, et les pays arabes seraient déchirés et transformés en colonies juives ». Si l’Angleterre et ses alliés étaient vaincus, c’en serait fini du « danger juif » pour les pays arabes. Des millions d’Arabes seraient libérés et des millions d’autres musulmans sauvés. La défaite de l’Union soviétique libérerait aussi des millions d’autres musulmans qui souffrent sous le régime soviétique. « Soumise à la volonté juive », l’Amérique n’avait rien à offrir aux Arabes. Pour al-Husseini, des considérations tactiques à court terme face aux ennemis communs et des affinités idéologiques de fond invitaient les Arabes à soutenir les nazis. [Amin al Husseini Nr 42 Rundfunkrede an die Araber]

Deux semaines plus tard, le 26 novembre 1942, depuis Berlin, al- Husseini prononça
sur les ondes de la radio allemande un nouveau discours en arabe à destination de l’Afrique du Nord.

La force de l’influence juive en Amérique
est devenue flagrante dans cette guerre.

Juifs et capitalistes ont poussé les États-Unis à élargir ce conflit, afin d’étendre leur influence à de nouvelles régions riches. Les Nord-Africains savent fort bien le malheur qu’ils doivent aux Juifs. Ils savent que les Juifs sont les combattants d’avant-garde de l’impérialisme qui maltraite depuis si longtemps l’Afrique du Nord. Ils [les Nord-Africains] savent aussi combien les Juifs ont servi les impérialistes en qualité d’espions et d’agents et comment ils cherchent les ressources énergé-tiques des territoires nord-africains pour étendre leur richesse. […]

L’intervention américaine en Afrique du Nord renforce le pouvoir des Juifs, accroît leur influence et double leurs méfaits. L’Amérique est le plus grand agent des Juifs et les juifs sont les maîtres de l’Amérique. [Amin al Husseini Nr 45a Rundfunkrede an die Nordafrikaner]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :