Le Japonais Takashi Murakami expose au Château de Versailles

TAKASHI MURAKAMI – EXPOSITION A VERSAILLES DU 14 SEPTEMBRE AU 12 DECEMBRE 2010

[MISE A JOUR LE 01-10-2010]

Pourquoi une telle incongruité?
Le Château de Versailles a-t-il besoin de semblables provocations pour préserver sa notoriété ?
Les touristes viennent-ils vénérer un cadre légendaire ou sont-ils en quête d’incongruité?

L’incongruité, ce n’est pas l’œuvre de l’artiste japonais, mais la mixité gratuite de deux arts peu compatibles.

S’agit-il du prix à payer pour financer le programme de rénovation du Grand Versailles?
Dans ce cas, nous aimerions apprécier l’impact de telles initiatives sur l’avancement du chantier. S’agissant du patrimoine de la France, une synthèse du bilan annuel devrait être publiée dans la presse. Le bénéfice de ces expositions pour la réalisation du programme, devrait y être démontré.
________________________________________

QUELQUES PIECES DU PUZZLE

Le président de la République décide de renouveler le mandat de Jean-Jacques Aillagon.
Jean-Jacques Aillagon, dont le mandat de Président de l’établissement public du musée et du domaine de Versailles, arrivait à terme le 6 juin, et qui aura 65 ans en octobre 2011, a fait une campagne très active pour être reconduit à son poste. Il a notamment fait valoir qu’il avait engrangé de gros contrats de mécénats avec de nombreuses entreprises [LVMH par exemple?] pour la rénovation du château. Son rival, Xavier Darcos ne cache pas son amertume.[source: Challenges].

Takashi Murakami a collaboré par le passé avec la maroquinerie de luxe Louis Vuitton.
Collection 2004: il conçoit de nouveaux motifs, alliant son univers à ceux de la marque.

LVMH participe au programme de restauration du Grand Versailles
Gageons que l’opération sera rentable, car le mécène Bernard Arnault est loin d’être candide:
en 2005, il a su se séparer de la maison Christian Lacroix, fleuron de la mode française en raison d’un désaccord de stratégie de développement et de résultats jugés insuffisants.

________________________________________

PRESENTATION DE TAKASHI MURAKAMI

Takashi Murakami est apparu sur la scène de l’art contemporain international en 1991
Né à Tokyo en 1962, Takashi Murakami se fait remarquer en 1991, grâce à l’exposition « Takashi, Tamiya ». Diplômé de peinture traditionnelle japonaise de l’université des Beaux Arts et de la Musique de Tokyo, Murakami bénéficie en 1994 d’une bourse de l’Asian Cultural Council et participe au P.S.1 International Studio Program à New York, où il établit alors son atelier. L’année suivante, il retourne au Japon et fonde l’Hiropon Factory (rebaptisé Kaikai Kiki), studio de production qui lui permet de mener ses propres recherches et de soutenir le travail de plusieurs jeunes artistes nippons.

Le travail de Takashi Murakami décline tous les modes d’expression contemporains, de la performance à la sculpture et à la peinture monumentales, en passant par le merchandising le plus primaire. Son travail exploite les thèmes des « mass media » et de la culture pop, notamment la veine manga, revisités et détournés dans des œuvres ludiques, aux accents parfois « porno-pop ». Le style de ses peintures, les « Superflats » (néo-pop japonais), se caractérise par des aplats de couleurs et des images graphiques dérivées des dessins de mangas. il revendique l’héritage de Warhol et du pop art américain, tout en analysant la manière dont l’art japonais peut trouver une autonomie face au modèle occidental.

L’artiste est surtout connu pour ses sculptures monumentales en fibre de verre de personnages de dessins animés érotisés, et ses ballons gonflables à l’effigie de son personnage Dob.

Quelques œuvres majeures :
•Mr Dob (1997)
•My Lonesome Cowboy (1998)
•Jellyfish eyes (2001)
•Tan Tan Bo Puking – a.k.a. Gero Tan (2002)
•Double Helix Reversal (installation, New York, Rockefeller Center, 2003)
[source : Arts Fluctuat]

Takashi Murakami est représenté en France par la galerie Emmanuel Perrotin, Paris.

________________________________________

[MISE A JOUR LE 01-10-2010]

Pour Marc-Edouard Nabe,
« Cloaca » de Wim Delvoye (machine à fabriquer des excréments sur le modèle d’un tube digestif) symbolise à merveille « l’oeuvre contemporaine-type ».

« Ce soir ou Jamais » du 27-09-2010. Emission de Frédéric Taddei sur France-3.
Autres participants : Jean-Jacques Aillagon, Laurent Fabius.
________________________________________

ARCHIVES
Lire également l’article sur la Biennale de Moscou 2009 « contre l’exclusion »
avec une vidéo sur l’oeuvre de Jeff Koons, précédent scandale à Versailles.
L’œuvre de Takashi Murakami est souvent associée à celle de Jeff Koons.

Car c’est déjà sous l’impulsion de Jean-Jacques Aillagon que
Jeff Koons avait pu exposer ses sculptures au Château de Versailles en 2008

Idem pour les œuvres de Xavier Veilhan exposées dans les jardins de Versailles en 2009.

Share

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :