L’accueil des étudiants chinois en France

[JT20h France 2 10nov2010]

Jean-Pascal Gayant (Professeur de sciences économiques à l’université du Maine),

qualifiait récemment l’Université française « d’auberge chinoise » [Le Monde du 18-02-2010]
« au bilan, c’est quelque chose d’assez coûteux pour le contribuable (sic),
pour des résultats dont on ne sait pas ce qu’ils seront ».

________________________________________

Il n’en reste pas moins que le Figaro du 14 juin 2013 s’interroge sur
« Les raisons du succès scolaire des jeunes d’origine asiatique »

La spectaculaire réussite des enfants d’immigrés asiatiques se confirme au bac. Et pourtant, leurs parents s’impliquent peu dans leurs devoirs, mais ils veillent à leurs horaires, les placent souvent dans le privé et jouent à fond la carte du bilinguisme.

________________________________________

La notion « d’étudiants étrangers » permet de brouiller les pistes.
L’honnêteté voudrait que l’on y ajoute les étudiants d’origine étrangère
(naturalisés ou nés sur le sol français) pour avoir une idée significative
de l’impact de toutes les mesures sociales et éducatives sur le contribuable.
A n’en pas douter, l’incidence chinoise serait très marginale.

Commandité par Valérie Pécresse et Bernard Kouchner en déc.2009, ce rapport confidentiel est officiellement consacré à la sélection et à l’accueil des étudiants chinois en France. Les conclusions en sont plus que douteuses.

Simple curiosité : une enquête analogue a-t-elle été menée auprès des étudiants africains? Quelles en sont les conclusions?

________________________________________

L’examen de fin d’études secondaires “gaokao” (high-test)
est une véritable épreuve pour l’admission des jeunes chinois à l’Université.

Rien à voir avec notre baccalauréat, spécialement allégé pour les couches culturellement défavorisées (dont le taux de réussite dépassait les 85% en 2010).
Pas de “seconde chance” comme à Sciences-Po avec son dispositif de repêchage suivant le code postal du candidat. Pas “d’internats d’excellence” non plus.

Pour les millions d’adolescents chinois qui ont passé l’examen final du lycée, connu sous le nom de gaokao pour l’entrée en université, les enjeux sont immenses et le diplôme particulièrement difficile.

La concurrence est âpre, car près de 10 millions d’étudiants
se disputent les 6,6 millions de places à l’université.

Les épreuves couvrent tout ce que l’élève a étudié depuis la maternelle.
Elles durent deux jours, et au final se décide l’avenir entier d’un étudiant.

Beaucoup ont du mal à surmonter ce stress. Chaque année on enregistre des suicides durant la période d’examen qui amène la jeunesse chinoise à désigner juin comme le « mois noir ».

Le boom économique de la Chine signifie que de plus en plus de gens sont en mesure de se payer des études supérieures pour progresser, tandis que la majorité des jeunes Chinois, plus pauvre et moins éduquée, se tourne vers le commerce de détail et les services.

Entrer dans une bonne université, Tsinghua de Beijing, ou l’Université de Beijing

(équivalents d’Oxbridge), peut mener à des carrières dans des entreprises occidentales
ou à des postes de la haute fonction publique.

Pour les autres, il reste l’alternative des universités occidentales,
car dans le privé, il est bien vu d’avoir fait ses études à l’étranger.
Mais attention au risque d’atterrir à Paris XIII Villetaneuse (voir ci-après).

Ceux qui préfèrent rester en Chine peuvent se rabattre sur les universités de province
ou les établissements privés un peu moins cotés.

L’avantage de l’examen c’est qu’il garantit une égalité des chances indépendamment de la fortune de chacun. Elément appréciable quand on sait que la corruption reste un problème. La presse chinoise relate fréquemment des faits de corruption et de fraude.

La discrimination régionale est également préoccupante car les universités ont un quota d’entrées pour chaque province, ce qui signifie que, par exemple, un étudiant de Guangxi devra faire beaucoup mieux que son homologue de Beijing pour postuler à une université de Beijing.

Article inspiré de l’enquête publiée le 28-06-2010 dans Guardian.co.uk :
Chinese students suffer as university entrance exams get a grip

________________________________________
REMOUS DANS LA PRESSE

Étudiants chinois en France : les dessous du système [Le Figaro du 12-11-2010]

Pécresse veut modifier le système de sélection des étudiants chinois [AFP 12-11-2010]

Ce rapport enterré sur les étudiants chinois en France [Le Point du 03-11-2010]

________________________________________

Jean Loup Salzmann,
président de Paris-XIII Villetaneuse, partisan convaincu du concept « nos quartiers ont des talents »

témoigne: «A la rentrée 2009, on s’est aperçu que des étudiants chinois avaient été inscrits sans qu’on ait, dans leurs dossiers, les documents prouvant leur niveau de français et leur niveau académique.
En interrogeant ici et là, on s’est aperçu que des étudiants chinois ne savaient pas bien parler français».

Mais à l’arrivée, ce sont les étudiants chinois qui se sont fait arnaquer :
Paris XIII-Villetaneuse, « vitrine de l’enseignement supérieur français » n’est en réalité, qu’un incubateur de la dernière chance, relevant de la thérapie de groupe.

Paris-XIII-Villetaneuse est victime d’intrusions et de violences répétées.
Une nouvelle fois, la question se pose : comment protéger le campus sans l’isoler ?. L’année de ses 40 ans, l’université de Villetaneuse (Seine-Saint-Denis) aurait préféré mettre en avant ses résultats et son travail accompli en direction des populations souvent défavorisées qui jouxtent son campus. Mais ce 11 mars, la presse était là, dans ces bâtiments plantés au milieu de nulle part, entre deux cités, des pâtures en friche, des voies ferrées en travaux et d’immenses parkings non surveillés, pour parler de tout autre chose : une agression au couteau et au fusil à pompe commise la veille par quatre individus. [article paru dans le Monde du 11 mars 2010.]
Le 14 décembre 2009 un étudiant en droit avait été agressé en plein cours, dans un amphithéâtre etc.

Share

Publicités
Comments
One Response to “L’accueil des étudiants chinois en France”
  1. UPS dit :

    Les medias francais deforment nos pensées. Je pense qu’on a besoin d’un combat avec F2 pour nos droits!
    Voici un blog: whatsup.blog.163.com/blog/getBlog.do

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :