L’école « low cost » : une nouvelle tendance éducative dans les pays en développement

Dans les pays pauvres, les écoles « low-cost » sont à la recherche d’investisseurs.

Tout récemment, Euronews nous proposait un reportage sur les écoles « low-cost ».
« Learning world », en association avec Qatar Foundation, réinvente l’éducation.
Il s’agirait d’une nouvelle tendance éducative dans les pays en développement.

Principe de base : en tant que stimulus du développement économique, l’éducation peut-être autant du ressort de l’initiative privée que des institutions publiques.

Les écoles low-cost fonctionnent selon le principe d’autosuffisance.
Chaque élève apporte sa contribution et assume sa part de responsabilité.

Au Paraguay, l’école agricole privée San Francisco est devenue un modèle pionnier d’autosuffisance pour les jeunes de milieux défavorisés. Soutien d’un organisme de microcrédit. Sa mission : redorer le blason des campagnes.

Plusieurs lnitiatives similaires en Inde, en Afrique anglophone (Kenya, Ghana, Zimbabwe…)

________________________________________

SUR UN THEME AVOISINANT:

Initiation à l’esprit d’entreprise – en Inde, les enfants des rues ont leur banque

________________________________________

Dans le même temps, la France recourt à des solutions coûteuses et arbitraires

étouffant l’innovation et le talent individuel et
alimentant un climat conflictuel avec des critères de sélection tribalistes.

Un "internat d'excellence" à la Française: le château de Clairefontaine

La formation d’une « élite » de football au château de Clairefontaine.

Les internats d’excellence.

Début 2010, la commission sur le grand emprunt prévoyait d’accorder 250 millions d’euros pour le financement de 25.000 places d’internat d’excellence supplémentaires – 5.000 places dans le secondaire, 15.000 au bénéfice des élèves des classes préparatoires et 5.000 pour des Internats de ville communs à plusieurs établissements.

En janvier 2010, le rectorat de Versailles annonçait l’ouverture en septembre, à Marly-le-Roi (Yvelines), d’un internat d’excellence, l’un des dispositifs clé du plan Banlieue. Cette structure peut héberger «de 100 à 150 jeunes», collégiens et lycéens, dont la scolarisation est assurée en partenariat avec les établissements voisins.

L’internat a «vocation à accueillir des élèves issus de milieux modestes ou défavorisés qui ne disposent pas des conditions matérielles favorables leur permettant d’exprimer tout leur potentiel».

Le dispositif des internats, qui propose depuis la rentrée 2009 dans l’académie 128 places labellisées, est «encore appelé à monter en puissance, avec la labellisation de nouvelles places dans les internats déjà existants (+60% en 2010).

Le projet de société français s’articule autour du thème de la dépendance, au détriment de la création de richesse.

Exemple: la prise en charge, sans contrepartie,
de l’échec scolaire de certaines populations.

________________________________________

Témoignage recueilli dans le Courrier Picard 13 Octobre 2010
NOYON (60) Les déçus de l’internat d’excellence

L’internat d’excellence de Noyon est l’un des onze établissements de ce type ouverts à la rentrée, dans l’ancienne caserne du régiment de marche du Tchad. Il doit passer de 78 à 200 collégiens et lycéens d’ici 2012. Huit familles ont retiré leurs enfants de l’établissement…

________________________________________

SKETCH DE ELIE SEMOUN ET DIEUDONNE SUR LES BANLIEUES

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :