Hacking Wagner : « briser les codes » de la censure culturelle en Israël

Saar Magal - Hacking Wagner 2012

Interview de Saar Magal – Hacking Wagner 2012 – capture d’écran Metropolis du 17-03-2012 (ARTE/SWR)

Saar Magal, chorégraphe israélienne, veut briser le tabou de la musique de Wagner en Israël.

Avec son spectacle « Hacking Wagner », présenté au Festival de l’Opéra de Munich 2012,
Saar Magal cherche à « briser les codes » (le carcan culturel) en Israël.
Une démarche courageuse, même si la chorégraphie est assez déconcertante.
.

Richard Wagner, au génie universellement reconnu, reste tabou en Israël.
Beaucoup d’Israéliens sont réfractaires à la musique wagnérienne, comme ce journaliste de 85 ans, Noah Klieger, qui a combattu en France dans une organisation clandestine juive contre les nazis. Motif: Wagner était ouvertement antisémite. De plus, sa musique était prisée à l’époque nazie.

Juin 2012 : interdiction d’un concert de Wagner à Tel-Aviv
(The Guardian: Tel Aviv Wagner concert cancelled after wave of protest.
University cancels booking, saying performance of works by Hitler’s favourite composer would offend Holocaust survivors)
.

Mais, à l’instar de la nouvelle génération, la chorégraphe israélienne de 35 ans,
Saar Magal, elle-même petite-fille de survivants de l’Holocauste, veut accéder à l’œuvre de Richard Wagner, dont plusieurs générations ont été privées.
Pour autant, Saar Magal n’entend pas s’enfermer dans le carcan d’un conservatisme sur le plan de l’interprétation.

________________________________________

HACKING WAGNER

The term ‘hacking’ refers to breaking a code: dismantling and recomposing, reverse-engineering to defeat the original purpose. In this piece, Hacking Wagner, we – the cast and the creative team, comprised of both Israeli and German performers and artists – take it on ourselves to hack icons, symbols, phenomena, ideas, social axioms, sacred cows, and all those ‘obvious’ things which have become mental habits, dictated by the powerful and by generations of institutional inertia.

The piece is a field of personal associations, a strain of a collective subconsciousness as regards to the Wagner issue and the peculiar Jewish – German cultural love affair which took place before the war, before the Holocaust and before all hell broke loose; a tense affair of love and hate that persists to this day.

“It has become increasingly clear to me that the ‘Wagner ban’ is not quite about Holocaust survivors, but a kind of social norm which the public enforces without giving it a second thought”.

“In this piece, we take it on ourselves to hack icons, symbols, phenomena, ideas, social axioms, sacred cows, and all those ‘obvious’ things which have become mental habits”.

________________________________________

« UN CONCERT SCANDALEUX » DANIEL BARENBOÏM: « POURQUOI JE JOUE WAGNER »
Le chef d’orchestre israélien, premier à avoir dirigé Wagner dans son pays, raconte son rapport à ce compositeur grandiose et antisémite.
[Nouvel Observateur du 09-03-2014]

Jouer des œuvres de Wagner dans le pays est un autre des tabous qu’entretient Israël. À cet égard, je dois dénoncer le mythe, toujours enraciné dans les esprits plus de dix ans après les faits, selon lequel j’ai provoqué un scandale en donnant en 2001 avec la Staatskapelle de Berlin le Prélude et le Liebestod de Tristan et Isolde.
Ces deux morceaux ont été joués en bis après quarante minutes d’échanges avec le public. J’ai invité les spectateurs qui voulaient partir à le faire. Seules vingt ou trente personnes qui ne souhaitaient pas écouter du Wagner ont quitté la salle. Le reste du public a applaudi l’orchestre avec un tel enthousiasme que j’ai eu le sentiment d’avoir fait quelque chose de bien. C’est le lendemain seulement que le conflit a éclaté, quand un certain nombre d’hommes politiques ont qualifié ce concert de scandale, alors qu’ils n’y avaient pas assisté.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :