Histoire des mercenaires: le retour en grâce des soldats irréguliers auprès des Etats

Histoire des mercenaires - Walter Bruyère-Ostells

Histoire des mercenaires – Walter Bruyère-Ostells

« La guerre froide marque la réapparition en force du mercenariat classique. La neutralisation des deux supergrands et le risque de conflit atomique favorisent le retour en grâce des soldats irréguliers auprès des Etats… »

________________________________________

Les « Affreux » : renaissance d’un phénomène alors que le monde colonial est en plein écroulement.

Le Congo belge : en 1960, l’élection présidentielle qui doit préparer l’indépendance est remportée par le socialiste Patrice Lumumba. Il cède cependant la place à Joseph Kasa-Vubu et devient son Premier ministre en juin dans un climat de grande violence.

La Belgique décide d’envoyer des troupes supplémentaires pour protéger les Européens demeurés au Congo. La crainte d’un retour de la puissance colonisatrice provoque une nouvelle vague de violence à Léopoldville, dirigée contre les Européens.

Asphyxié par un manque soudain de finances, le gouvernement sollicite de plus en plus fortement les sociétés minières implantées dans la province du Katanga.

Officiellement fondé le 11 juillet 1960 par le président provincial Moïse Tshombé, l’État du Katanga peut compter sur l’appui officieux de la Belgique. Toutefois, il doit se préparer à la riposte du gouvernement de Patrice Lumumba, lequel réclame le retour de la province séditieuse dans le giron de la République congolaise.

Le Katanga dispose d’une armée très embryonnaire de 350 hommes, appelée gendarmerie katangaise. Face à l’intervention probable de l’armée nationale congolaise, les sécessionnistes doivent recruter en urgence des hommes capables de former et d’encadrer des soldats supplémentaires.

Tshombé décide de faire appel à des mercenaires, anciens militaires européens présents dans la région. Au printemps 1961, la gendarmerie katangaise compte 655 Blancs dans son encadrement – 220 d’entre eux sont officiellement mandatés par la Belgique sous couvert de coopération ; les autres sont des soldats de fortune, surnommés les  » Affreux « . Ils ont bientôt sous leurs ordres près de 11 000 soldats. A leur tête, le gouvernement katangais a choisi de placer un vétéran français.

À l’appel du gouvernement congolais, l’ONU oblige la Belgique à retirer ses officiers en août et somme le Katanga de se soumettre à Léopoldville. Finalement, il doit proclamer sa reddition tandis que les derniers  » Affreux  » opèrent leur repli vers l’Angola.

Malgré leur échec, la participation des soldats de fortune à la sécession katangaise connaît un formidable retentissement. L’épopée des  » Affreux  » dans l’ancien Congo belge inspire bientôt le romancier rhodésien, Wilbur Smith, qui publie une fiction en 1965, dont on a tiré un film Dark of the Sun (Le Dernier Train du Katanga).

________________________________________

Le Biafra, terre d’abondance pour les mercenaires.

A partir de 1966, la tension monte entre Ibo (Chrétiens, alphabétisés par les missionnaires) du sud-est et les Haoussa (majoritaires et de religion musulmane). Elle se traduit par une série de putschs et des massacres d’Ibo, en particulier dans le Nord : le pays des Ibo abrite les mines de charbon et une partie des ressources pétrolières dont l’exploitation est alors en plein développement. Ces premiers événements poussent les Ibo à fuir massivement vers l’est.

Le 30 mai 1967, la zone méridionale de l’Eastern Region fait sécession sous le nom de république du Biafra. Ce petit territoire de 75 000 km2 est peuplé de 14 millions d’habitants dont 8 millions d’Ibo. Le gouverneur, le général Ojukwu, est placé à la tête du nouvel Etat.

Officiellement, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis demeurent neutres. Or, les intérêts de la compagnie britannique Shell-BP dans la région sont immenses. Londres appuie donc discrètement l’Etat fédéral à qui elle procure des mercenaires dirigés par Mike Hoare. A l’inverse, la France apporte son soutien à la province sécessionniste. En effet, sa compagnie, Elf-Aquitaine, exploite un gisement important au Biafra. Comme Londres, Paris fait le choix d’intervenir indirectement, par le biais de soldats de fortune et de fourniture de matériel militaire aux Ibo. Les anciennes puissances coloniales tirent ainsi les leçons des événements du Congo belge. Le conflit va durer deux ans et demi et se solde par une catastrophe humanitaire. Création de Médecins sans Frontières […]

________________________________________

Mercenary Fighters Full Movie (vo)

Mercenary Fighters est une production de Cannon Films qui se déroule dans un pays africain fictif qui ressemble étrangement à ce qui était alors le Zaïre (maintenant la République du Congo) – Peter Fonda est un mercenaire engagé par le gouvernement pour faire disparaître une locale tribu rebelle qui se dresse sur le chemin d’un projet de développement énorme.

Cannon Group Inc. était un groupe américain, dont la société de production Cannon films, en 1967-1993, était spécialisée dans la production de films à petits et moyens budgets. Ce grand groupe possédait, entre autres, une grande chaîne de cinéma international et une société de production vidéo qui a investi massivement dans le marché de la vidéo (achat des droits internationaux de vidéo à plusieurs cinémathèques classiques). Cannon Group appartient à la Metro-Goldwyn-Mayer depuis 1993.

________________________________________

ARCHIVES RATGEMINI

DERNIERES CONVULSIONS DE LA FRANÇAFRIQUE

CONFERENCE DE BERLIN EN 1885: LE PARTAGE DE L’AFRIQUE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :