Proposition pour remédier à la trop forte croissance de la population mondiale

Film de Brice Reveney, avec Jean-Claude Dreyfus (1999) d’après le pamphlet de Jonathan Swift

Modestes propositions
pour empêcher les enfants des pauvres en Irlande d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays
et pour les rendre utiles au public

« Qu’on ne vienne donc pas me parler d’autres expédients : d’imposer une taxe de cinq shillings par livre de revenus aux non-résidents, de refuser l’usage des vêtements et des meubles qui ne sont pas d’origine et de fabrication irlandaise; de rejeter rigoureusement les articles et ustensiles encourageant au luxe venu de l’étranger; de remédier à l’expansion de l’orgueil, de la vanité, de la paresse et de la futilité chez nos femmes; d’implanter un esprit d’économie, de prudence et de tempérance; d’apprendre à aimer notre pays, matière en laquelle nous surpassent même les Lapons et les habitants de Topinambou; d’abandonner nos querelles et nos divisions, de cesser de nous comporter comme les juifs qui s’égorgeaient entre eux pendant qu’on prenait leur ville, de faire preuve d’un minimum de scrupules avant de brader notre pays et nos consciences; d’apprendre à nos propriétaires terriens à montrer un peu de pitié envers leurs métayers. Enfin, d’insuffler l’esprit d’honnêteté, de zèle et de compétence à nos commerçants qui, si l’on parvenait aujourd’hui à imposer la décision de n’acheter que les produits irlandais, s’uniraient immédiatement pour tricher et nous escroquer sur la valeur, la mesure et la qualité, et ne pourraient être convaincus de faire ne serait-ce qu’une proposition équitable de juste prix, en dépit d’exhortations ferventes et répétées. » [Lire le texte intégral: « du bon usage du cannibalisme »]

MODESTES PROPOSITIONS
pour remédier à la trop forte croissance de la population mondiale

Publié dans Le Monde diplomatique, novembre 2000 sous le titre « Du bon usage du cannibalisme ».

________________________________________

A MODEST PROPOSAL
For preventing the children of poor people in Ireland, from being a burden on their parents or country, and for making them beneficial to the publick.
Perhaps the most notable satire in English,
suggesting that the Irish should engage in cannibalism, written in 1729 by Dr. Jonathan Swift

« Therefore let no man talk to me of other expedients: Of taxing our absentees at five shillings a pound: Of using neither cloaths, nor houshold furniture, except what is of our own growth and manufacture: Of utterly rejecting the materials and instruments that promote foreign luxury: Of curing the expensiveness of pride, vanity, idleness, and gaming in our women: Of introducing a vein of parsimony, prudence and temperance: Of learning to love our country, wherein we differ even from Laplanders, and the inhabitants of Topinamboo: Of quitting our animosities and factions, nor acting any longer like the Jews, who were murdering one another at the very moment
their city was taken: Of being a little cautious not to sell our country and consciences for nothing: Of teaching landlords to have at least one degree of mercy towards their tenants. Lastly, of putting a spirit of honesty, industry, and skill into our shop-keepers, who, if a resolution could now be taken to buy only our native goods, would immediately unite to cheat and exact upon us in the price, the measure, and the goodness, nor could ever yet be brought to make one fair proposal of just dealing, though often and earnestly invited to it. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :