Aide au Développement (9,4 milliards euros en 2013) : 16 pays africains jugés «prioritaires»

La France devra tenir ses engagements OMD (objectifs du Millénaire pour le développement)

Éliminer la pauvreté d’ici 2015, c’est le mot d’ordre des Nations Unies – Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)

Jean-Marc Ayrault confirme que l’aide au développement vers l’Afrique reste sa priorité.
Il cible 16 pays africains «prioritaires» parmi les pays pauvres prioritaires (PPP):

Jean-Marc Ayrault

Bénin, Burkina Faso, Burundi, Djibouti, Comores, Ghana, Guinée, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, République centrafricaine, république démocratique du Congo, Tchad, Togo, Sénégal.

«Nous voulons aussi aider des pays qui sont en sortie de crise», a-t-il ajouté. «Et en premier lieu il y a Haïti que nous voulons aider particulièrement tant la relation historique que nous avons avec ce pays nécessite cette aide solidaire, nous avons en quelque sorte une dette morale envers Haïti».

________________________________________

LE GOUVERNEMENT PRONE UNE POLITIQUE DE TRANSPARENCE.

« Alors que la France est la 4e contributrice mondiale de l’aide publique au développement (9,4 milliards d’euros par an), cette politique reste mal connue d’une majorité de français » (sic).

« D’ici fin 2018, et pour la première fois, des données chiffrées de plus en plus complètes et actualisées concernant les projets d’aide au développement en cours seront publiées sur la plateforme nationale data.gouv.fr ».

Cette politique est méconnue car les véritables bénéficiaires sont:

– d’une part les entreprises françaises qui auront réussi à décrocher des contrats partiellement subventionnés dans le cadre de ce dispositif.

– d’autre part les autorités locales, qui en contrepartie des largesses de l’État français, accorderont des franchises fiscales à ces mêmes entreprises.

Conclusion, le contribuable Français sera le dindon de la farce.
Coup de grâce : il devra s’acquitter du coût de l’immigration, qui aura été judicieusement débudgétisé de l’aide au développement. Double peine.

________________________________________

Le Premier ministre a réuni, le 31 juillet 2013,
le Comité Interministériel de la Coopération internationale et du Développement (CICID),
en présence de 15 ministres concourant à la politique française de développement.

Le CICID définit les axes prioritaires de la politique française de développement et de solidarité internationale, dans le cadre du programme des Nations Unies – Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Il n’avait pas été réuni depuis juin 2009. Officiellement, cette réunion du CICID témoigne de la volonté du Gouvernement de répondre aux défis du siècle que sont pour lui la lutte contre la pauvreté et la préservation de la planète.

Le Portail du Gouvernement: livre pêle-mêle :

– 3,1 Md€ c’est le montant du budget de l’aide française en 2013.
– France, 4e contributrice mondiale, représente 10 % de l’aide mondiale.
– 9,4 Md€, c’est le montant global des dépenses qui concourent à l’aide française
(budget, prêts, annulations de dette, secteur humanitaire, accueil des étudiants).
– France, 2e contributrice au Fonds mondial contre le sida, le paludisme, la tuberculose.

________________________________________

À partir de 2014, la France concentrera la moitié de ses dons et les deux tiers de ceux de l’AFD vers les pays pauvres prioritaires (PPP)

85 % de l’effort financier en faveur du développement seront dirigés vers les pays de l’Afrique subsaharienne et les pays voisins du sud et de l’est de la Méditerranée.

Dans ce cadre, les pays d’Afrique subsaharienne demeurent la priorité de la France. L’ensemble des instruments : dons, aides budgétaires, prêts bonifiés ou non bonifiés, souverains ou non souverains, prises de participations, garanties, financements innovants y seront mobilisés, dans tous les secteurs opportuns.

Dans les pays voisins du sud et de l’est de la Méditerranée, la France interviendra prioritairement sous forme de prêts, complétés par des actions dans les domaines culturels, scientifiques et de formation. L’engagement de la France ciblera la gouvernance démocratique, le renforcement des secteurs agricoles et industriels, la création d’emplois et l’aménagement durable du territoire.

La politique française d’aide au développement
doit contribuer à la lutte contre le changement climatique.

Dans le cadre de la préparation de l’accueil par la France en 2015 de la conférence des Nations unies sur le climat, le CICID confirme l’objectif de l’Agence Française de Développement (AFD), acteur principal de la politique française, d’intégrer un co-bénéfice climat dans 50 % des projets qu’elle finance.

Le CICID adopte une nouvelle « stratégie genre et développement» pour la période 2013-2017.

Par exemple, d’ici 2017, 50 % des projets et programmes de l’aide au développement devront comporter un objectif d’une meilleure responsabilisation des entreprises multinationales françaises, vis-à-vis de leurs filiales et de leurs fournisseurs dans les pays en développement.

Le CICID réaffirme l’attachement de la France aux financements innovants  » pour le développement ».

La France est le 1er pays au monde à avoir mis en place une Taxe sur les Transactions Financières et à en avoir affecté une partie des revenus au développement, jamais actualisée depuis sa création en 2006, la taxe de solidarité sur les billets d’avion sera revalorisée de 12,7 % (correspondant au « rattrapage de l’inflation »)
au bénéfice de la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :