L’Anneau, ce mémorial 14-18 que l’architecte perçoit comme « une ronde enfantine »

Ratgemini comments

Commentaire dans le Figaro du 11-11-2014, à propos du « grand cercle des combattants disparus » mémorial « transnational » de la Première guerre mondiale, dont l’architecte Philippe Prost se plait à dire que «la forme de l’anneau, comme une ronde enfantine, est un symbole d’unité».

Il ne reste aucun survivant de la Première guerre mondiale en capacité de contredire la version officielle (déclenchement, déroulement et armistice).
La France se voit donc invitée à ériger un mémorial surchargé de noms et de nationalités (pris au hasard évidemment), relativisant une fois de plus le rôle et l’honneur de la France. Progressivement, le peuple français devient simple spectateur de commémorations (14 juillet, 8 mai, 11 novembre) dont on l’exclut progressivement. Le citoyen français est juste bon à financer (taxes et impôts) l’outil de propagande.

Le scénario de la Seconde guerre mondiale s’inspire lui aussi du concept « d’anneau de Babel » (référence à la tour du même nom).
Cet anneau aurait d’ailleurs pu être arc-en-ciel.

Comme si cela ne suffisait pas, l’architecte Philippe Prost ajoute :
«la forme de l’anneau, comme une ronde enfantine, est un symbole d’unité».
Conséquence de ces manipulations, ces deux conflits ne sont pas traités objectivement dans l’enseignement. La grille de lecture qui nous est imposée occulte les véritables causes de ces conflits et manipule le traitement de l’information sur le conflit lui-même, en conformité avec la vision doctrinaire de nos classes dirigeantes. La France compte beaucoup (trop) d’historiens, mais nous n’y gagnons pas en objectivité : l’histoire est revisitée sans réaction audible de ces historiens.

Pourtant, il existe d’autres versions de ces deux derniers conflits mondiaux. L’actualité nous montre que l’Histoire falsifiée se nourrit de la manipulation des informations de l’époque.

Plutôt qu’un monument de propagande, il aurait été plus avisé d’inaugurer un centre de réflexion permettant la confrontation d’idées sur les véritables causes du déclenchement de ces guerres, sur leur déroulement, sur les conditions de l’Armistice de 1918 etc. pour apporter un nouvel éclairage, au risque de contrarier certaines certitudes et d’impliquer de nouveaux responsables restés dans l’ombre… Cela nous permettrait de nous faire une opinion par nous-mêmes.

Nous pourrons alors légitimement prétendre parer à de nouvelles guerres mondiales.

________________________________________

A view shows the new war memorial at Notre Dame de Lorette, an elliptical ring engraved with the names of the 580,000 men who died in northern France during the First World War, in Ablain-Saint-Nazaire

[Le Figaro du 11 novembre 2014 14-18 : Extraits de l’article « le grand cercle des combattants disparus »]

François Hollande inaugure ce mardi dans le Pas-de-Calais un mémorial où figurent 600.000 noms, toutes nationalités confondues.
Original par son financement – 8 millions d’euros, largement portés par la région Nord-Pas-de-Calais et les collectivités territoriales.
Une saignée dans la colline, profonde comme une tranchée, introduit le visiteur au cœur d’une longue ellipse de béton – 328 mètres – qui s’embrasse d’un seul regard.
Huit dépouilles, sept Français et un Allemand, ont encore été retrouvées pendant le chantier, entre janvier et août dernier.

Vu de l’extérieur, l «Anneau de la mémoire» est un ruban gris qui jouxte la nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette, la plus vaste de France (20.000 tombes et huit ossuaires), avec sa basilique et sa tour Lanterne, érigées dans les années 1920.
Sur chacune de ces stèles sont inscrits les noms d’environ 1200 soldats des deux camps tués durant la Grande Guerre dans le Nord-Pas-de-Calais, soit près de 600.000 combattants, 579.606 exactement.

Le mémorial international que François Hollande inaugurera ce mardi, dans le cadre des commémorations du 11 Novembre, est inédit à plus d’un titre.
Avec les soldats des empires coloniaux, plus d’une trentaine de nations sont représentées: Inde, Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande, mais aussi Vietnam, Laos et les divers pays d’Afrique d’où venaient les «Sénégalais» de l’armée française…
Côté français, il a fallu consulter une par une les fiches de 1,4 million de «morts pour la France», pour répertorier ceux tombés sur les champs de bataille de la Flandre française et de l’Artois.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :