Dirty Corner : nouvelle agression culturelle au château de Versailles

Anish Kapoor Le vagin de la Reine

« Dirty Corner », la plus imposante des œuvres du sculpteur Anish Kapoor installées dans le parc du château de Versailles (une trompe d’acier à la connotation sexuelle évidente), a été – selon la presse – « vandalisée » par des jets de peinture jaune et des graffitis antisémites. Cette œuvre, qui s’inscrit dans un nouveau courant d’art dégénéré, est souvent qualifiée dans la presse de « vagin de la reine » (formule que Kapoor affirme n’avoir jamais employée, bien qu’il ait lui-même expressément qualifié son œuvre de « très sexuelle » [le terme « trivial » serait plus approprié]), cette oeuvre ne constitue-t-elle pas un acte de vandalisme envers l’un des joyaux de la civilisation française ?

L’installation et le démontage de cet ouvrage qui évoque plutôt l’évacuation des eaux usées, nécessite l’intervention de brigades de manutention et du matériel de levage. Mais qu’Anish Kapoor ne se tracasse pas : la collectivité prend tous les frais à sa charge y compris le stationnement et la remise en état du parc. Pas question non plus de réparation financière du préjudice moral et culturel infligé à la nation française.

Non, Anish Kapoor avait entendu dire que le fisc français choyait les artistes et collectionneurs cosmopolites. Donc, à l’instar de ses prédécesseurs (Koons etc.), Anish Kapoor est venu se refaire une santé financière.

Le Figaro a choisi son camp en titrant, ce 07/09/2015: Œuvre d’Anish Kapoor dégradée – la presse étrangère réagit : «Honte sur la France»

Pour mémoire, les deux derniers présidents de l’Etablissement public du château :
– hier, Jean-Jacques Aillagon (proche de la famille Chirac et de François Pinaud)
expositions Jeff Koons, Takashi Murakami etc.
– depuis 2011 Catherine Pégard (nommée par Sarkozy).

________________________________________

Dans son ouvrage « l’Art et la Philosophie » Bernard-Henri Lévy développe l’idée qu’il faudrait « disjoindre l’art de l’esthétique ». Selon BHL, l’art aurait été pris en otage il y a un siècle et demi par une discipline importante qui est l’Esthétique (la beauté, la théorie du sensible)…
S’agit-il du retour en force d’une forme « d’art dégénéré » ?

[MISE A JOUR du 07/09/2015]

________________________________________
LVMH participe au programme de restauration du Grand Versailles
Gageons que l’opération sera rentable, car le mécène Bernard Arnault est loin d’être candide:
en 2005, il a su se séparer de la maison Christian Lacroix, fleuron de la mode française en raison d’un désaccord de stratégie de développement et de résultats jugés insuffisants.

________________________________________

PRESENTATION DE TAKASHI MURAKAMI

Takashi Murakami est apparu sur la scène de l’art contemporain international en 1991
Né à Tokyo en 1962, Takashi Murakami se fait remarquer en 1991, grâce à l’exposition « Takashi, Tamiya ». Diplômé de peinture traditionnelle japonaise de l’université des Beaux Arts et de la Musique de Tokyo, Murakami bénéficie en 1994 d’une bourse de l’Asian Cultural Council et participe au P.S.1 International Studio Program à New York, où il établit alors son atelier. L’année suivante, il retourne au Japon et fonde l’Hiropon Factory (rebaptisé Kaikai Kiki), studio de production qui lui permet de mener ses propres recherches et de soutenir le travail de plusieurs jeunes artistes nippons.

Le travail de Takashi Murakami décline tous les modes d’expression contemporains, de la performance à la sculpture et à la peinture monumentales, en passant par le merchandising le plus primaire. Son travail exploite les thèmes des « mass media » et de la culture pop, notamment la veine manga, revisités et détournés dans des œuvres ludiques, aux accents parfois « porno-pop ». Le style de ses peintures, les « Superflats » (néo-pop japonais), se caractérise par des aplats de couleurs et des images graphiques dérivées des dessins de mangas. il revendique l’héritage de Warhol et du pop art américain, tout en analysant la manière dont l’art japonais peut trouver une autonomie face au modèle occidental.

L’artiste est surtout connu pour ses sculptures monumentales en fibre de verre de personnages de dessins animés érotisés, et ses ballons gonflables à l’effigie de son personnage Dob.

Quelques œuvres majeures :
•Mr Dob (1997)
•My Lonesome Cowboy (1998)
•Jellyfish eyes (2001)
•Tan Tan Bo Puking – a.k.a. Gero Tan (2002)
•Double Helix Reversal (installation, New York, Rockefeller Center, 2003)
[source : Arts Fluctuat]

Takashi Murakami est représenté en France par la galerie Emmanuel Perrotin, Paris.

________________________________________

[MISE A JOUR LE 01-10-2010]

Pour Marc-Edouard Nabe,
« Cloaca » de Wim Delvoye (machine à fabriquer des excréments sur le modèle d’un tube digestif) symbolise à merveille « l’oeuvre contemporaine-type ».

« Ce soir ou Jamais » du 27-09-2010. Emission de Frédéric Taddei sur France-3.
Autres participants : Jean-Jacques Aillagon, Laurent Fabius.
________________________________________

ARCHIVES

Sculptures monumentales de l’artiste Bernar Venet dans les jardins du Palais de Versailles

Lire également l’article sur la Biennale de Moscou 2009 « contre l’exclusion »
avec une vidéo sur l’œuvre de Jeff Koons, précédent scandale à Versailles.
L’œuvre de Takashi Murakami est souvent associée à celle de Jeff Koons.

Car c’est déjà sous l’impulsion de Jean-Jacques Aillagon que
Jeff Koons avait pu exposer ses sculptures au Château de Versailles en 2008

Idem pour les œuvres de Xavier Veilhan exposées dans les jardins de Versailles en 2009.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :